Coopération en matière de gouvernance

Coopération décentralisée : Des projets portés conjointement pour une meilleure action locale

La coopération décentralisée permet la mise en place de projets concrets à l’échelle locale, comme la formation des élus et agents locaux, le développement d’activités économiques à l’échelle d’un territoire, la création de parcs naturels, la valorisation du patrimoine, ou encore la formation d’élus libanais. L’Ambassade de France au Liban s’appuie pour cela sur le Bureau Technique des Villes Libanaises (BTVL) qui anime ce réseau d’acteurs.

L’Ambassade soutient particulièrement les actions de formation des élus et agents locaux, à l’image du projet CEFOM (Centre de Formation des Municipalités).
Il vise à créer un centre de formation au service des municipalités au Liban. Cette initiative, d’un montant de 1 546 285 euros, est portée par la région Provence Alpes Côte-d’Azur, le BTVL, le CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) et Avitem et financée à près de 70 % par l’Agence Française de Développement (AFD).

La coopération décentralisée vise également à démultiplier les échanges de bonnes pratiques et d’expertise entre les différentes collectivités territoriales françaises et libanaises.

A ce titre, la coopération décentralisée franco-libanaise bénéficie d’un outil dédié : le fonds d’appui triennal de la Délégation à l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales (DAECT), apportant un soutien sur trois ans aux collectivités sélectionnées.

L’objectif est de soutenir les projets des collectivités françaises et libanaises dans quatre domaines différents : le développement économique local (en particulier l’agriculture), le lien social (y compris les thématiques de solidarité, jeunesse, formation professionnelle), le patrimoine et la culture, le développement durable (eau, assainissement, énergies renouvelables, biodiversité, changement climatiques, environnement et gestion urbaine, gestion des risques).

En 2021, c’est 5 projets qui ont été soutenus, à savoir ceux de Nîmes, Seine-Maritime, région Sud PACA, Septèmes-les-Vallons et Saint-Péray.

Coopération et Société civile : Des échanges et formations pour porter les réformes structurelles

La France est un partenaire de référence du Liban dans le domaine de la coopération institutionnelle, qui couvre en priorité la réforme de la justice et la modernisation de l’administration.

La coopération institutionnelle œuvre pour la collaboration entre l’administration française et libanaise, leurs institutions respectives ainsi que leurs organismes publics. Dans un contexte politique mouvant, la conférence CEDRE de 2018 a fixé les objectifs des réformes structurelles nécessaires à la restructuration de l’État et la planification stratégique, qui passent par la réforme de la justice et la modernisation de l’administration.

Au titre de la réforme de la justice, l’action de l’Ambassade de France consiste à développer les liens étroits existants entre les établissements administratifs et judiciaires libanais et leurs homologues français, à former en France les juges nouvellement nommés, les majors de promotion de l’Institut d’Études Judiciaires (IEJ) et du Barreau de Beyrouth et à apporter une expertise française dans les séminaires de formation.

S’agissant de la modernisation et de la réforme de l’administration, le soutien de l’Ambassade de France se matérialise principalement à travers des actions de formations des cadres et hauts fonctionnaires de l’État.

L’appui au renforcement des compétences de la fonction publique est permis notamment par la solide coopération existante entre l’Institut des finances Basil Fuleihan et l’École Nationale d’Administration (ENA), aujourd’hui Institut National du Service Public (INSP).

Dernière modification : 24/02/2022

Haut de page