Démonstration de tirs de l’armée libanaise sur les VAB HOT français (26 sep 2017)

Dans le cadre du plan de coopération renforcée entre les armées française et libanaise, une séance de démonstration de tirs sur des engins blindés lance-missiles s’est déroulée ce mardi 26 septembre à Taybé dans la Bekaa, en présence du Chargé d’affaires a.i. près l’Ambassade de France au Liban, M. Arnaud Pescheux, de l’Attaché de Défense, ainsi que diverses hautes autorités militaires libanaises.

Fournis par la France ces derniers mois pour aider l’armée libanaise à répondre à ses besoins dans sa lutte contre le terrorisme, ces 15 véhicules de l’avant-blindé (VAB) équipés du système antichar HOT ont une capacité d’emport instantanée de 4 missiles, d’une portée de 4000 mètres, de jour comme de nuit.

La démonstration de ce jour marque la fin de la formation des militaires libanais sur ce système, au terme de plusieurs semaines d’entrainement en France et au Liban. Plusieurs dizaines de missiles ont été tirés au cours de l’exercice, pour qualifier les équipages du régiment antichars. Chacun des 12 équipages a ainsi tiré une série de 4 missiles, dont un de nuit, ce qui permet de les déclarer aptes à l’emploi opérationnel.

Ces VAB – accompagnés de munitions et de pièces de rechanges, ainsi que de la formation des pilotes, maintenanciers, tireurs et cadres – font partie du don français annoncé par le président François Hollande lors de sa visite au Liban en avril 2016.

Dans son discours, M. Pescheux a salué cette nouvelle étape de la coopération militaire bilatérale :

« Mon Général,
Messieurs les officiers généraux,
Messieurs les colonels,
Mesdames et Messieurs,
–––––

Je suis très heureux de me trouver aujourd’hui parmi vous et je remercie le régiment antichars pour son hospitalité.
Nous nous apprêtons ce soir à franchir une nouvelle étape de la coopération militaire entre la France et le Liban.

En mai dernier, nous étions réunis à Kfar Chima pour procéder à la livraison de la première partie du plan de coopération renforcée annoncé par le président François Hollande pendant sa visite au Liban en avril 2016. Au total, ce plan concerne 15 véhicules de l’avant-blindé, ainsi que les munitions, les pièces de rechange et la formation pour les pilotes, les maintenanciers, les tireurs et les cadres.

Ce soir, nous assisterons à une démonstration de tir de missiles, qui permettra de qualifier 12 équipages. Cette démonstration clôturera la formation des tireurs du régiment antichars : les équipages sont désormais opérationnels et aptes au combat. Cette démonstration prouvera également l’efficacité de la capacité de combat antichar que nous transférons à l’armée libanaise. Une capacité de destruction à longue distance, jusqu’à 4000 mètres. Une capacité mobile. Une capacité brutale, précise et fiable. Une capacité opérationnelle de jour comme de nuit. Une capacité qui protège les équipages sous blindage. Nous vous transmettons ce soir cette capacité avec la conviction que vous saurez l’utiliser.
–––––
Mesdames et Messieurs,

Je voudrais également dire un mot des circonstances assez uniques dans lesquelles cette démonstration intervient. Cette démonstration a lieu quelques semaines à peine après que les forces armées libanaises ont une nouvelle fois démontré leur courage et leur abnégation, ont remporté leur combat contre les djihadistes de Daech et ont repris le contrôle total de la frontière avec la Syrie. Il s’agit d’un développement stratégique majeur, qui profite directement à la sécurité du Liban et des Libanais mais aussi – nous le savons et vous en remercions – à la sécurité de l’Europe et de la France.

Cette démonstration intervient aussi alors que le président de la République libanaise, le général Michel Aoun, effectue une visite d’Etat en France. Cette visite d’Etat, la première du quinquennat du président de la République française, Emmanuel Macron, est un signal puissant. Un signal de l’amitié indéfectible entre la France et le Liban. Un signal de la confiance de la France dans les institutions libanaises, en particulier dans les forces armées libanaises. Nous savons que l’armée libanaise conserve l’entière maîtrise des équipements et des savoirs transmis, comme c’est le cas des AML90, des Gazelle ou des Puma. Nous savons qu’elle protège les institutions du Liban et assure la sécurité de tous les Libanais.
C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs, l’aboutissement de cette coopération annonce d’autres coopérations.

Le président Macron l’a dit, hier soir, à l’Elysée où il recevait le président Aoun : « L’armée libanaise et les forces de sécurité du pays […] doivent être aidées davantage. […] La France souhaite […] travailler à une échelle plus grande en mobilisant l’ensemble de nos partenaires autour d’une conférence de soutien à l’armée libanaise, qui pourrait être organisée avec l’Italie et les Nations unies. » Il y aura donc, dans les mois à venir, de nombreuses autres occasions de travailler au renforcement de la coopération bilatérale de défense. Pour l’Ambassade de France, c’est un motif de grande fierté et de grande satisfaction.
–––––
Mesdames et Messieurs,

Avant de conclure, je voudrais saluer l’équipe du commandant Aubouin, qui a organisé le stage tactique dont nous verrons les fruits ce soir, ainsi que le général Ghassan Abboud, pour son hospitalité.
Je vous remercie de votre attention./. »

Dernière modification : 27/09/2017

Haut de page