Elections législatives : déclaration conjointe du GIS (10 mai 2018)

Ci-dessous la déclaration conjointe du Groupe international de soutien au Liban, à l’issue des élections législatives libanaises du 6 mai 2018.

Nous félicitons les autorités et le peuple libanais pour la tenue d’élections législatives, le 6 mai, pour la première fois en neuf ans, dans un climat généralement calme et pacifique.

Les élections ont été décisives dans le renouvellement du mandat démocratique du Parlement, et ont renforcé les institutions libanaises. Nous notons les conclusions préliminaires de la mission d’observation électorale de l’UE ainsi que celles d’autres missions d’observation, et nous appelons toutes les parties à continuer de travailler dans un esprit de calme et d’unité pendant que la confirmation des résultats, la résolution des contentieux électoraux, le suivi des violations et recommandations, et que des consultations pour la formation du gouvernement se poursuivent. Nous notons en particulier la participation enthousiaste des femmes au scrutin. Nous exhortons les nouveaux Parlement et gouvernement à prendre toutes les mesures possibles pour faire en sorte que les femmes puissent jouer pleinement leur rôle dans la politique libanaise.

Nous saisissons cette occasion pour encourager la formation rapide d’un nouveau gouvernement capable de maintenir l’élan positif créé par les récentes avancées législatives et l’ambitieux programme d’appui international au Liban établi par le GIS lors de sa conférence du 8 décembre 2017 à Paris et qui s’est concrétisé, en 2018, par les conférences Rome II, CEDRE et Bruxelles II.

Dans ce contexte, nous nous réjouissons par avance de travailler avec le nouveau gouvernement tandis qu’il assure le suivi des engagements internationaux du Liban, notamment l’application des résolutions 1559 (2004) et 1701 (2006) du Conseil de sécurité, visant à étendre l’autorité de l’État libanais sur l’ensemble de son territoire national et à lui assurer le monopole de l’usage légitime de la force. A cet égard, nous attendons avec intérêt la reprise du dialogue libanais destiné à élaborer une stratégie nationale de défense durant la période post-électorale, conformément à la déclaration du Président de la République du 12 mars. Il sera également crucial pour la stabilité du Liban que le nouveau gouvernement continue à prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre la politique de dissociation, conformément à la déclaration de Baabda (2012).

A partir de ces élections, il sera important pour le nouveau gouvernement et pour le Parlement élu de mener une action rapide pour améliorer le climat économique au Liban en mettant en œuvre des réformes structurelles et sectorielles qui permettraient de développer les investissements dans les infrastructures et les services vitaux du Liban, conformément au programme établi durant la conférence CEDRE. Tout en reconnaissant les défis actuels que pose la présence temporaire de réfugiés syriens au Liban, nous réitérons notre engagement dans notre partenariat avec le Liban pour soutenir à la fois les communautés hôtes et les réfugiés.

Note aux éditeurs

Le Groupe international de soutien a rassemblé les Nations Unies, les gouvernements de Chine, de France, d’Allemagne, d’Italie, de la Fédération russe, du Royaume Uni et des Etats-Unis, ainsi que l’Union européenne et la Ligue des Etats arabes. Lancé en 2013 par le Secrétaire général des Nations Unies avec l’ancien Président Michel Sleiman, le groupe contribue à mobiliser le soutien à la stabilité et la souveraineté du Liban ainsi qu’à ses institutions étatiques en vue d’encourager les aides à l’armée libanaise, aux réfugiés syriens au Liban, aux communautés hôtes et aux programmes gouvernementaux et services publics affectés par la crise syrienne.

Dernière modification : 14/05/2018

Haut de page