Exercice militaire franco-libanais Cèdre Bleu : une manœuvre ambitieuse réussie !

Après une escale de 4 jours à Beyrouth, le Porte-Hélicoptère Amphibie (PHA) Dixmude, et la frégate de type La Fayette Guépratte ont participé du 17 au 22 juin, à l’exercice amphibie « Cèdre Bleu », au large du Liban.

JPEG
Cèdre Bleu était un exercice ponctuel qui s’inscrit dans le cadre de la coopération bilatérale entre la France et le Liban.

Le scénario complexe alliait un déploiement amphibie à des manœuvres aéroterrestres. En 2019, le volume de force engagé était inédit avec près de 1000 militaires français et libanais issus des marines, armées de terre et forces aériennes des deux pays.

L’objectif de Cèdre Bleu était de contribuer ainsi à la montée en puissance tactique et opérationnelle des forces armées libanaises et renforcer l’interopérabilité notamment dans le domaine de l’amphibie et de l’appui aérien.

C’est au cours de cet exercice que quatre pilotes libanais d’hélicoptères Super Puma ont été qualifiés à l’appontage sur le Dixmude. En marge de cette manœuvre, la frégate Guépratte a réalisé divers exercices inédits au bénéfice des forces navales et aériennes libanaises dont des VBSS ou des tirs sur objectifs navals pour les Tucano libanais qui à leur tour permettaient à la frégate de parfaire ses réactions à une menace aérienne.

JPEG
Embarqué depuis le 28 mai à bord du Porte-Hélicoptère Amphibie (PHA) Dixmude, le Groupement Tactique Embarqué (GTE) Lyautey, sous le commandement du 1er régiment de Spahis, a intégré à cette occasion une équipe bilatérale franco-libanaise pour la planification et le commandement de ces manœuvres amphibies.

Arrivé à Beyrouth le 13 juin, le GTE Lyautey a terminé la phase de préparation de la manœuvre amphibie et de l’exercice aéroterrestre qui a été validée par les autorités militaires libanaises et françaises les 17 et 18 juin lors d’un « rehearsal » en conditions réelles pour la partie amphibie.

Le 19 juin, le déploiement conjoint franco-libanais a débarqué au sein de la base navale de Jounieh à une dizaine de kilomètres au nord de Beyrouth pour rejoindre le plateau d’Aaqourah à l’est dans les massifs montagneux du Mont Liban.

JPEG
Les champs de tir d’Aaqourah, sont perchés sur un site libanais à près de 2000 m d’altitude offrant une géographie en relief avec de véritables enjeux tactiques. Les forces des deux armées y ont manœuvré ensemble sur le terrain et dans les airs avec des hélicoptères de combat. La manœuvre a donné lieu à plusieurs tirs de la part des unités libanaises et françaises.

Cet exercice a développé une proximité et une interopérabilité inédite que la France est la seule, à ce niveau, à offrir à l’Armée libanaise. Les autorités militaires libanaises ont été très sensibles à une séquence qui témoigne que la France est aux cotés du Liban et qu’elle est au Liban pour le Liban, sa sécurité et sa stabilité.

Dernière modification : 24/06/2019

Haut de page