L’Ambassadeur décore Stéphane Attali, Directeur général de l’ESA (20 sep 2018)

L’Ambassadeur de France au Liban, M. Bruno Foucher, a remis ce jeudi 20 septembre les insignes de Chevalier dans l’Ordre national du Mérite à M. Stéphane Attali, Directeur général de l’Ecole Supérieure des Affaires, lors d’une réception à la Résidence des Pins et au cours de laquelle il a prononcé le discours ci-dessous :

"Mesdames et Messieurs,
Chers amis,
Monsieur le Directeur général de l’Ecole Supérieure des Affaires, cher Stéphane,

C’est avec un très grand plaisir que je vous reçois, ce soir, à la Résidence des Pins, entouré de votre famille, de vos proches et de vos amis, pour vous remettre les insignes de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. Je suis heureux de vous remettre, en mains propres, dans un lieu qui vous est familier, cette distinction, plus que méritée, en reconnaissance de vos très grandes compétences, de votre dynamisme sans égal et de votre dévouement, que vous avez su mettre tout au long de votre présence ici au service de la France comme des relations et de l’amitié franco-libanaises.

Permettez-moi tout d’abord, Monsieur le Directeur général, cher Stéphane, de retracer brièvement votre parcours.

Vous avez effectué un parcours académique au sein des institutions les plus prestigieuses. Vous avez obtenu votre licence en Sciences de Gestion en 1994 puis votre diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en 1996 à l’université Paris Dauphine. En parallèle, vous suivez la filière « sciences économiques et financières » à Sciences Po Paris d’où vous sortez diplômé en 1996.

Vous débutez alors votre carrière professionnelle en France comme Aspirant dans la Marine Nationale de 1996 à 1998, puis vous rejoignez le secteur privé et le cabinet de conseil « AXYS consultants ». Vous vous partagez alors entre Paris, Caen et Athènes.

Votre brillante carrière internationale démarre véritablement en 2000. D’abord à Paris, à la direction des relations internationales de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la région Paris Île-de-France, où vous êtes en charge pendant deux ans du développement international et du suivi des institutions d’enseignement à l’étranger, notamment au Moyen-Orient.

C’est en 2002 que votre parcours professionnel vous conduit, pour la première fois, au Liban comme adjoint du Directeur général de l’ESA de l’époque. Vous êtes alors responsable du développement pédagogique de l’Ecole, et ce jusqu’en 2007. Vous repartez ensuite pendant deux ans, entre 2007 et 2009, en France où vous êtes adjoint du Directeur général de la prestigieuse Ecole Supérieure de Commerce de Paris (ESCP).

Lorsque vous revenez en 2009 à Beyrouth, cette fois comme Directeur général, vous vous investissez pleinement dans le développement de l’Ecole Supérieure des Affaires. C’est votre motivation, votre disponibilité et votre créativité qui ont permis de faire de l’ESA aujourd’hui l’une des meilleures Business Schools de la région, reconnue à l’international. Elle compte aujourd’hui plus de 500 étudiants. Près de 2500 professionnels y sont formés chaque année.

Sous votre direction et grâce à votre détermination et à votre dynamisme, l’ESA a, en effet, connu ces dernières années un essor sans précédent. Et j’en suis le témoin direct puisque je co-préside le Conseil d’administration de l’ESA avec le Gouverneur de la Banque centrale, M. Riad Salamé. Vous avez multiplié les partenariats avec de nouveaux acteurs, que ce soit dans le monde académique ou avec le secteur privé et les entreprises. L’on vous doit notamment la création, en 2016, de « Smart ESA », un incubateur de start-ups spécialisées dans le secteur numérique. Smart ESA est aujourd’hui un vivier d’innovateurs et d’entrepreneurs au Moyen-Orient, avec un engagement éthique sans équivalent – l’absence de prise de participation – et une prise de risque également sans équivalent – puisque vous soutenez les projets des entreprises innovantes dès leur création.

Je pourrais citer de nombreux autres projets novateurs, lancés à votre initiative : le développement d’une filière du management de la santé, en lien avec les plus grandes institutions sanitaires françaises et le ministère libanais de la Santé ; l’ouverture d’une autre filière sur le management de l’art ; la création d’un diplôme d’entreprenariat avec la prestigieuse école HEC ; ou encore l’accueil, depuis cette année, d’un institut de formation régional des enseignants des écoles françaises. Nous travaillons ensemble aujourd’hui à de nouveaux projets dont certains pourraient être lancés lors de la prochaine visite du Président de la République française au Liban en 2019.

Votre action inlassable et passionnée au service de la France, de son rayonnement au Liban et au Moyen-Orient mais aussi et surtout de l’amitié franco-libanaise ne s’arrête pas là. Vous êtes, depuis 2010, Président du Mouvement des Entreprises et Représentations Economiques Françaises au Liban (MEREF), fonction que vous assumez une fois de plus avec passion et détermination. Elle fait de vous une personnalité marquante du monde des affaires et un relai privilégié pour nos entreprises qui veulent s’implanter sur le marché libanais ou y développer leur activité. Etant par ailleurs membre du Conseil d’Administration de la Chambre de Commerce franco-libanaise, vous avez contribué et continuez de contribuer, cher Stéphane, au développement des relations économiques et commerciales entre la France et le Liban.

Je voudrais, enfin, rendre hommage à votre sens patriotique élevé au service de la communauté française du Liban. Vous avez manifesté, à plusieurs reprises, votre disponibilité et votre volonté d’apporter votre soutien à cette Ambassade dans sa mission d’appui aux Français. C’est ainsi qu’en 2006, pendant le conflit de l’été, vous n’avez pas ménagé votre temps et votre énergie, aux côtés de votre épouse, pour venir en aide et accueillir nos compatriotes réfugiés du Sud sur le campus de l’ESA.

Nos amis et partenaires libanais savent l’attachement que vous portez à ce pays où vous avez vécu plus de 14 ans et, surtout, où plusieurs de vos enfants ici présents sont nés et ont grandi.

Chacun ici connait vos immenses qualités professionnelles mais aussi humaines, ainsi que votre courage, qui vous a permis de surmonter, avec la détermination qui vous caractérise, la difficile épreuve que la vie vous a envoyée récemment.

Vous constituez ainsi pour le Liban et pour la France un relai fidèle, efficace et fiable. Mes prédécesseurs partagent pleinement cette appréciation. L’ambassadeur Bernard Emié, qui n’a pu être présent ce soir, m’a ainsi demandé de vous transmettre ses sentiments très amicaux et très admiratifs pour votre immense engagement et votre sens de l’intérêt général. J’y joins ceux de l’ambassadeur Jean-Pierre Lafon qui ne tarit pas d’éloges à votre égard.

Vous méritez ainsi d’être distingué pour l’ensemble de votre action. C’est pourquoi le Président de la République a décidé de vous élever au grade de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite.

* * *

Monsieur Stéphane Attali, au nom du Président de la République française, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous remets les insignes de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite."

Dernière modification : 21/09/2018

Haut de page