Remise d’équipements à l’armée libanaise (30 mai 2017)

A l’occasion de la remise d’équipements dans le cadre du plan de coopération renforcée entre l’armée française et l’armée libanaise, le Chargé d’affaires près l’Ambassade de France au Liban, M. Arnaud Pescheux, a présidé une cérémonie de présentation de matériels sur la base de la brigade logistique de Kfar Chima, en présence du général Bertrand Boyard, chef de la division de maîtrise des armements de l’état-major des Armées, ainsi que d’officiers libanais et français.

Pour répondre aux besoins de l’armée libanaise dans sa lutte contre le terrorisme, la France fournira 15 véhicules de l’avant-blindé (VAB) équipés du système antichar longue portée HOT, accompagnés de munitions et de pièces de rechanges, et s’est engagée à former les pilotes, les maintenanciers, les tireurs et les cadres. L’armée libanaise a également reçu dix chiens d’aide à la recherche et à la détection d’explosifs.

La synergie des coopérations opérationnelle (ministère des Armées) et structurelle (DCSD/MEAE) souligne l’engagement de la France dans son soutien apporté aux pays partenaires dans leur combat contre la menace terroriste.

D’une valeur initiale de 15 millions d’euros, le don français annoncé par le président François Hollande lors de sa visite au Liban en avril 2016 sera ainsi valorisé à près de 30 millions d’euros.

Dans son discours, M. Pescheux a salué les forces armées libanaises qui assurent leur mission de manière remarquable dans un contexte difficile :

« Monsieur le général représentant le commandant en chef des forces armées libanaises,
Monsieur le général représentant le chef d’état-major des armées,
Messieurs les officiers généraux,
Mesdames et Messieurs,
–––––

Je suis très heureux de me trouver aujourd’hui parmi vous, dans la brigade logistique de Kfar Chima, que je remercie pour son hospitalité.

Nous nous apprêtons à franchir une nouvelle étape de la coopération militaire entre la France et le Liban. Une étape pour laquelle l’Ambassadeur de France au Liban, M. Emmanuel Bonne, a beaucoup œuvré et à laquelle il aurait beaucoup aimé assister aujourd’hui. Il m’a demandé de vous faire part de ses regrets, mais aussi de ses encouragements. Dans les fonctions qui sont désormais les siennes, à la tête du cabinet du Ministre français des Affaires étrangères, il s’assurera que la coopération franco-libanaise reçoive toute l’attention nécessaire.
–––––
Mesdames et Messieurs,

La France et le Liban sont unis pour le meilleur et pour le pire. La France s’est tenue aux côtés du Liban dans les pires moments de son histoire. Aujourd’hui, cette communauté de destin est plus étroite encore, puisque la France et le Liban doivent faire face à une menace commune.

Cette menace, c’est celle de Daech. Cette menace est aux portes du Liban, à quelques dizaines de kilomètres à peine de Beyrouth. Elle cherche à frapper au Liban, mais aussi en Europe et, au-delà, dans les pays qui résistent, par leurs valeurs et leurs modes de vie, à son totalitarisme. Cette menace a endeuillé nos deux pays, à Bourj el-Barajneh puis à Paris, en novembre 2015, à 24 heures d’intervalle. Depuis, elle a de nouveau frappé, à plusieurs reprises.

Dans ce contexte difficile, les forces armées libanaises assurent leur mission de manière remarquable. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui est depuis devenu ministre des Affaires étrangères, le disait en mars dernier à Beyrouth : L’armée libanaise, en lien avec les services de sécurité, tient avec une très grande efficacité le front de l’anti-Liban. Cela vaut à l’armée libanaise toute notre admiration, mais aussi toute notre gratitude, car nous savons qu’en protégeant le Liban, elle protège aussi l’Europe et la France.
–––––
Mesdames et Messieurs,

Il est donc naturel que nous accordions un haut degré de priorité à notre coopération avec les forces armées libanaises.

C’est dans cet esprit que le président Hollande a annoncé, pendant sa visite d’avril 2016, la mise en place d’une aide exceptionnelle de 15M€ aux forces armées libanaises.

Notre dialogue bilatéral a conduit à identifier un besoin en capacité de tir direct à longue distance, en particulier pour mieux faire face aux groupes terroristes dans la région d’Ersal. Nous avons donc décidé de fournir à l’armée libanaise 15 véhicules de l’avant-blindé. Nous fournirons également des munitions, des pièces de rechange ainsi que la formation pour les pilotes, les maintenanciers, les tireurs et les cadres.

Je suis très heureux, aujourd’hui, d’assister à la livraison de la première partie de ce don, avec la remise de deux véhicules remis à neuf, de trois véhicules en l’état destinés à fournir les pièces de rechange et de munitions.

Je suis également très heureux de vous remettre dix chiens d’aide à la recherche et à la détection d’explosifs, qui renforceront, eux aussi, votre capacité de lutte contre le terrorisme.

Je vous confirme, enfin, que nous augmenterons le nombre de nos détachements d’assistance opérationnelle.

Au final, le don, d’une valeur initiale de 15M€, sera valorisé à près de 30M€. Il s’agit d’un effort considérable pour les armées françaises.
–––––
Mesdames et Messieurs,

Vous le voyez, nous avons une grande confiance dans l’armée libanaise, une confiance qui nous amène aujourd’hui à lui transférer une capacité que d’autres partenaires ne lui fournissent pas.

Les véhicules de l’avant-blindé ont une capacité de tir direct contre des blindés ou des casemates, jusqu’à 4000 mètres, de jour comme de nuit, sous blindage, pour protéger les équipages.

Nous savons que cette capacité est entre de bonnes mains. Nous savons que l’armée libanaise conserve l’entière maîtrise des équipements et des savoirs transmis. Nous savons qu’elle protège les institutions et qu’elle assure la sécurité de tous les Libanais.
–––––
Mesdames et Messieurs,

Avant de conclure, je voudrais saluer les équipes qui ont permis de faire aboutir cette livraison, tant en France, sous l’autorité du général Boyard, qu’au Liban, à l’état-major, dans le régiment anti-char ou au sein de la brigade logistique qui nous accueille aujourd’hui.
Je vous remercie de votre attention. »/.

Dernière modification : 12/06/2017

Haut de page